WALLIS SIMPSON Les Joyaux de l’exil

Afficher l'image d'origine

Elle se rêvait reine, elle en eut les bijoux, mais pas par le trône. Pour Wallis Simpson, le duc de Windsor dépensa des fortunes et les joailliers rivalisèrent d’inventivité. Un trésor de guerre….. et d’amour qui défraya la chronique.

Wallis Simpson c’est d’abord un parfum de scandale, une Américaine sans beauté particulière ni pedigree aristocratique qui fit vaciller la couronne britannique comme nulle autre intrigante avant elle.

Wallis Simpson, alias la duchesse de Windsor, fut toute sa vie auréolée d’un parfum de scandale. Orpheline née dans la misère de Baltimore, aux États-Unis, elle collectionne les amants et exerce ses charmes jusque dans les maisons closes… Beauté ravageuse, divorcée deux fois, elle séduit le prince Édouard, au grand dam de son père, le roi d’Angleterre George V, qui exècre cette « Américaine sans principes ». Avide de notoriété, elle pose au côté d’Adolf Hitler lors de voyages officiels, certains ont supposé que  sa véritable activité était celle d’espionne au service de l’Allemagne.

Fou d’elle, le prince la couvre de bijoux et de diamants puisés dans le trésor de la Couronne. en décembre 1936, celui qui est devenu le roi Édouard VIII renonce au trône par peur de perdre ce grand amour. Elle devient la femme la plus détestée de Grande-Bretagne…

 Il avait suffit d’un week-end de chasse en janvier 1931 pour que le futur roi d’Angleterre rencontre celle qui le détournerait de son trône. Wallis, elle, se voit déjà reine d’Angleterre et impératrice des Indes. Point de couronne pourtant, seulement l’exil. Doré certes, mais l’exil quand même, loin de Buckingham. Le duc de Windsor, éperdument amoureux, à la merci d’une femme que l’on dira dure et calculatrice, n’aura de cesse de faire oublier à sa belle cette injure. A coups de bijoux somptueux, de parures créées rien que pour elle. Des bijoux assortis à son décor…

‘The Windsor Heart’ Yellow Diamond. 47.14cts yellow diamond was bought by the Duke of Windsor for the Duchess (Wallis Simpson) in 1951 from Harry Winston to complement her other yellow diamond and set in a ring. The stone was later acquired by Estée Lauder, set in a pendant and sold by the Lauder family in 2012 in aid of Breast Cancer Research Foundation.:

Lorsqu’il s’agit de briller en société, Wallis n’a pas son pareil…Et parce que le chic se niche dans les détails, elle se pare de saphirs à l’heure d’apparaître dans la salle à manger bleue de son hôtel particulier du bois de Boulogne et de diamants jaunes dans la bibliothèque afin d’être assortie au sofa. Osman, un créateur anglais, explique que la duchesse «se servait du vêtement comme d’un instrument de pouvoir», les bijoux lui offriraient un pouvoir absolu sur son petit monde. Frustrée de n’avoir pas été élevée au rang d’altesse royale, comme son mari, elle règnera sur le Paris de l’après-guerre. Une reine de la vie mondaine, étincelante, autant que ses diamants.

Afficher l'image d'origine

Deux illustres maisons vont travailler avec ce couple passionné de joaillerie à la création de l’un des plus beaux écrins du XXème siècle : Van Cleef and Arpels et Cartier. Le premier dès le début de l’idylle, dans les années 30. Notamment une parure de rubis et diamants élaborée en 1936, l’année même de l’abdication. La partie centrale de l’impressionnant collier se compose d’une chute en drapé, sertie de rubis, et amovible. Des boucles d’oreilles et broches complètent la parure. Le 3 juin 1937, le duc de Windsor qui a abandonné le trône depuis quatre mois  épouse Wallis. La mariée arbore deux bracelets qui vont marquer les esprits : un bracelet jarretière pavé de saphirs et de diamants et, à l’autre poignet, une chaîne de diamants d’où pendent une série de croix incrustées de pierre précieuses, chacune symbolisant une étape de l’histoire d’amour du couple. Un bijou signé Cartier.

Entre 1940 et 1952, Jeanne Toussaint, directrice de la création chez Cartier, imagine un bestiaire qui va combler d’aise la duchesse. Le bijou le plus connu, fabriqué en 1940, est une broche en forme de flamant rose incrustée de diamants : Le ramage, lui, est orné d’émeraudes, de rubis et de saphirs carrés. Comble du luxe , les pattes sont articulées.  Mais la duchesse, passionnée davantage par les bijoux décoratifs des années 40 et 50, raffole particulièrement des félins.

Après un vol en 1946, qui lui coûta une partie de sa collection, notamment un scintillant oiseau de paradis, la duchesse s’offrit la première de ses panthères, en or et émail noir, dressée sur une grosse émeraude cabochon. Afficher l'image d'origine Ce bijou est le premier de la série des «grands félins» de cartier, mais Jeanne Toussaint imagine ensuite d’autres trésors, plus, scintillants et techniques que jamais. Si nombre de bijoux de la duchesse furent élaborés à partir de pierres appartenant au trésor de la couronne britannique, le couple acquit aussi des pierres d’exception, notamment le diamant McLean de 31 carats, une pierre taille coussin ayant appartenu à Evalyn Walsh McLean, une milliardaire américaine, et que Wallis porterait en bague.

Le monde entier se passionne pour les vestiges de cet amour….Le trésor de Wallis est un témoin de l’histoire du couple, il en porte d’ailleurs la trace…Un message d’amour figure par exemple au dos d’une rivière de diamants offerte par le duc. Un bracelet décoré de neuf croix latines Afficher l'image d'origine porte l’inscription «God Save the King for Wallis 16.VII.36». (Dieu garde le roi pour Wallis, 16 juillet 1936) après que le roi avait été victime d’une tentative d’assassinat. Quantités de bijoux de Wallis sont gravés, rappelant un souvenir amoureux, un tendre anniversaire …

A la mort du duc, rejetée par la famille royale d’Angleterre qui ne lui pardonnera jamais vraiment le scandale de l’abdication, la duchesse devient la proie d’un entourage peu scrupuleux qui veille jalousement sur la riche veuve agonisante.

C’est sans doute pourquoi la vente aux enchères en 1987, quelques mois après la mort de la duchesse, déchaînera autant les passions. Deux cent cinquante journalistes relaient l’évènement en direct de Genève après que l’exposition des joyaux à New-York ait déplacé une foule immense. Les plus grands joaillers sont dans la salle, mais également Nadine de Rothschild Résultat de recherche d'images pour "nadine de rothschild", la chanteuse galloise Shirley Bassey, ou encore le baron et la baronne Thyssen. Liz Taylor Résultat de recherche d'images pour "liz taylor" est aussi de la partie : Elle emporte une broche de diamants Afficher l'image d'origine et se dit très heureuse que les sommes récoltées soient reversées, selon le désir de la duchesse, à l’institut Pasteur, entre autre découvreur du virus du sida, contre lequel l’actrice mène combat.

Le trésor de Wallis, estimé à trente millions de francs, rapportera finalement dix fois plus, trois cents millions de francs, soit quarante-deux millions d’euros. La duchesse de Windsor avait mentionné dans son testament que son legs ne devait pas servir à l’expérimentation animale.

 J’imagine que l’institut Pasteur,  les joailliers, les collectionneurs et les historiens du bijou lui ont été reconnaissants.

Edouard VIII, lui,  restera à jamais dans l’histoire britannique comme ce roi sans couronne, au règne bref (moins de onze mois), où, une fois n’est pas coutume, la passion a triomphé de la raison d’État. Et si, derrière cette histoire d’amour, l’abdication  «tragique » d’Édouard VIII avait été une bénédiction pour le monde démocratique ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s