GEORGE SAND le roman de Nohant

144

Profondément attachée à son domaine de Nohant, dans l’Indre, George Sand Afficher l'image d'origine y a écrit une grande partie de ses romans : La mare au diable, la Petite Fadette….Engagée et rebelle, Aurore Dupin de son vrai nom est la seule femme de son siècle à avoir été reconnue comme un auteur au même rang que Victor Hugo, Honoré de Balzac, Alexandre Dumas…C’est au cœur de la «Vallée Noire» que cet esprit libre a puisé sa force et son inspiration.

Amandine Aurore Lucile Dupin est née en 1804 à Paris. Elle est d’ascendance aristocrate par son père et populaire par sa mère. A la mort de son père, lorsqu’elle a 4 ans, son éducation est confiée à sa grand-mère paternelle, Marie Aurore de Saxe. Grand-mère et petite fille vivent souvent à Nohant dans le château familial. Malgré le caractère rebelle et peu assidu d’Aurore, Mme Dupin de Francueil tient à lui assurer une éducation stricte avec l’aide d’un précepteur, et l’éveille à la philosophie et aux idées du siècle des lumières.

Dans la nature, Aurore laisse libre cours à son imagination, un cadre qui inspirera ses romans champêtres. Elle se marie jeune avec un avocat, François Casimir Dudevant. A travers ce mariage, elle espère s’émanciper mais réalise vite qu’elle n’a aucune liberté de décision, y compris sur ses propres biens. Malgré la naissance de deux enfants, Maurice et Solange, le couple est fragile et ne vit bientôt plus sous le même toit.

A Nohant, elle rencontre un groupe de jeunes Berrichons, des littéraires épris de romantisme. Parmi eux, Jules Sandeau. A quatre mains, ils écrivent leur premier roman «Rose et Blanche», sous le pseudonyme de J.Sand. Par son entremise, Aurore débute une carrière de journaliste au Figaro. Elle commence l’écriture d’«indiana», son premier roman.

Devant choisir un pseudonyme, elle garde Sand et choisit le prénom George pour sa symbolique berrichonne : «celui qui travaille la terre». Aurore adopte la mode masculine, pour des raisons pratiques et économiques : Le costume masculin est moins coûteux que les robes, d’autant qu’Aurore, toujours mariée, n’a pas la mainmise sur sa fortune personnelle. A sa publication en 1832, le succès d’Indiana est tel qu’il dépasse celui de «Notre Dame de Paris» de Victor Hugo (1831) . La célébrité est en marche. George Sand collabore avec la Revue des Deux  Mondes et participe au lancement de trois journaux engagés.

Aurore est une littéraire qui ne cesse d’écrire et une amoureuse éternelle. Après deux déceptions amoureuses, elle écrit «Lélia» en 1833, un succès. Ses écrits marquent son opposition au mariage et des rêves d’émancipation de la femme.

Elle rencontre alors Alfred de Musset Afficher l'image d'origine avec qui elle vit une relation orageuse qui les mène en Italie. Après leur rupture, leur idylle inspirera à George Sand trois lettres d’un voyageur et à Alfred de Musset La Confession d’un enfant du siècle.

Son engagement politique prend de l’épaisseur lorsqu’elle rencontre l’avocat Michel de Bourges qui plaide pour une rupture définitive avec son mari qui dilapide sa fortune. L’avocat l’initie aux idées républicaines et socialistes.

En 1836, elle fait la connaissance du pianiste virtuose Frédéric Chopin.Afficher l'image d'origine leur liaison sera passionnelle, mais Chopin tombe malade. Le caractère tyrannique de ce dernier complique les relations d’Aurore avec ses propres enfants. L’année 1847 et les suivantes sont dramatiques pour Aurore, marquées par une rupture avec sa fille Solange et plusieurs disparitions : Sa petite-fille Jeanne, son demi-frère Hippolyte Chatrion, et enfin Frédéric Chopin. Ses écrits sont sombres et pessimistes.

Par l’entremise de son fils, en 1850, elle rencontre Alexandre Marceau, un graveur et auteur. Il a 30 ans, elle en a 45, ce sera son dernier amant. Elle est au fait de sa célébrité et reçoit chez elle tous les grands artistes contemporains. très amie avec Gustave FlaubertAfficher l'image d'origine, elle fréquente Théophile Gaultier Afficher l'image d'origine, les frères Goncourt Afficher l'image d'origine, Sainte-Beuve Afficher l'image d'origine ; elle est la seule femme admise aux diners littéraires du restaurant Magny.

Lors-qu’Alexandre s’éteint de la tuberculose, elle s’installe définitivement à Nohant où elle s’éteindra en 1876 à l’âge de 71 ans.

Sa vie autant que son œuvre littéraire auront marqué son époque. Chaque été depuis 1966, la maison de Georges Sand organise le Nohant Festival Chopin Afficher l'image d'originepour fêter les œuvres du pianiste, ou il  a composé sept étés durant (de 1839 à 1846) ses plus belles pages, dont la majorité de ses chefs-d’œuvre. Et celle qui en fut l’âme et l’esprit.

Afficher l'image d'origineC’est une demeure de passions, de tourments, de partages… Un lieu d’inspiration et de création. Nohant, où se trouve la maison dans laquelle vécut George Sand, à une trentaine de kilomètres de Châteauroux, témoigne de la vie exceptionnelle de cette femme du XIXe siècle. Cette demeure dans laquelle elle écrivit la majeure partie de son œuvre conserve encore aujourd’hui le mobilier et les objets de l’écrivain. Afficher l'image d'origine Le jardin Afficher l'image d'origine qui entoure la maison témoigne également de la riche personnalité de   George Sand et de son attachement à la nature.

Dans Histoire de ma vie, l’écrivaine laissera ce témoignage émouvant de son indéfectible attachement :

«J’avais la maison de mes souvenirs pour abriter les futurs souvenirs de mes enfants. A-t-on bien raison de tenir tant à ces demeures pleines d’images douces et cruelles, histoire de votre propre vie écrite sur tous les murs en caractères mystérieux et indélébiles, qui, à chaque ébranlement de l’âme, vous entourent d’émotions profondes ou de puériles superstitions ?»

Mme Sand traversa tous les rêves ; elle sourit à tous, crut un moment à tous ; son jugement pratique put parfois s’égarer, mais, comme artiste, elle ne s’est jamais trompée. «Ses œuvres sont vraiment l’écho de notre siècle. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s