La cruelle origine de nos contes de fées (2)

LE CHAT BOTTÉ DÉNONCE LES INJUSTICES DE L’ANCIEN RÉGIME

8d6aw8ur

A sa mort, un meunier lègue ses biens à ses trois fils : le premier hérite du moulin, le deuxième, de son âne, et le troisième ne reçoit qu’un chat. Mais ce dernier a un don : Il parle. Le félin réclame à son maître des bottes et un sac et lui assure qu’il fera bientôt sa fortune. Se faisant passer pour le chat d’un mystérieux marquis de Carabas, il couvre le roi de cadeaux afin de l’impressionner. C’est que ce dernier a une fille à marier….Le stratagème marche à merveille. Le roi s’intéresse de près à ce faux marquis et désire le rencontrer. Mais le fils du meunier n’a pas de palais. Qu’à cela ne tienne ! La chat se rend au château voisin de l’ogre et le met au défi de se changer en souris. Quand le géant obtempère, le chat le dévore. Et il n’a plus qu’à installer à la place son maître. Le faux marquis de Carabas.Résultat d’images pour marquis de carabas

«Vous avez là un bel héritage», dit le roi quand il le rencontre.

Mission accomplie : le petit meunier épouse la princesse. Happy end !

Cette innocente histoire raconte en fait l’extrême injustice qui régnait autrefois au sein des fratries pour se partager les héritages. Étant le cadet, notre héros est le moins bien loti des trois frères. La raison ? Au cours du XIè siècle, la règle du partage équitable de l’héritage entre enfant laisse progressivement place au droit d’aînesse, qui évite le morcellement du patrimoine familial. Seul l’aîné hérite des biens de ses parents. On exclu les filles, en les dotant à leur mariage, et on oriente les autres garçons vers la religion. Dans une société déjà marquée par la mort et les maladies – un enfant sur deux n’atteint pas 20 ans -, naître cadet est vécu comme une malédiction. Figure du héros désavantagé, le cadet du meunier compense grâce à la ruse de son chat.

CRITIQUE ACERBE DU POIDS DES TRADITIONS sur les destins individuels sous l’Ancien Régime, ce conte est aussi un recueil de conseils pour transcender sa condition. Cadets de tous villages, révoltez-vous !

Le Chat Botté n’est pas la seule histoire à dénoncer les injustices sociales. Résultat d’images pour Cendrillon Cendrillon, malmenée par sa belle-mère,  Résultat d’images pour Le petit poucet  et le Petit Poucet, abandonné par sa marâtre, sont des critiques des familles recomposées. Ceci nous rappelle que les remariages étaient nombreux au moyen Age et dans l’Ancien Régime, en raison de la surmortalité des femmes entre 25 et 40 ans lors des accidents de couche. La nouvelle épouse ne voyait pas forcément d’un bon œil les bouches issues du premier lit à nourrir…

LA BELLE AU BOIS DORMANT : UNE SORDIDE AFFAIRE DE VIOL

Résultat d’images pour la belle au bois dormant

Il était une fois une belle enfant sur laquelle planait une sordide malédiction : à sa naissance, une sorcière lui avait prédit la mort lorsqu’elle serait piquée par un fuseau ou une épine. Heureusement pour elle, une bonne fée atténua son malheur :

«Au lieu d’en mourir, elle tombera seulement dans un profond sommeil qui durera cent ans » écrit Perrault.

C’est ainsi que, blessée le jour de ses 16 ans, la princesse plongea dans l’inertie, jusqu’à ce qu’un prince la délivre d’un baiser ….

Mais, dans le Soleil, la lune et Thalie, extrait du recueil de contes Pentamerone, du poète Giambattista Basile (1634) , le héros qui pénètre dans le château n’a aucune intention de sauver la belle endormie. Il s’agit d’un roi d’âge mûr, déjà marié, qui s’engouffre dans sa couche pour abuser d’elle. Un viol duquel naîtront deux jumeaux. Voyeurisme, viol, adultère…La Belle au bois dormant des origines n’a rien pour plaire aux moins de 18 ans. Et, au XVIIè siècle, lorsque Perrault rédige sa version du conte. L’héroïne a aussi de quoi chiffonner la très tatillonne Église de France.

CETTE JEUNE VIERGE INNOCENTE est en fait une sorte de jumelle profane de la Sainte-Marie des Évangiles. La Belle au Bois dormant, inconsciente et féconde, emprunte beaucoup à la Vierge Marie, capable de concevoir et de mettre au monde sans plaisir ni péché. Une femme parfaite aux yeux des chrétiens. Or dans le conte, celui qui féconde la princesse n’est pas un esprit saint, mais un vieux roi libidineux. Dans une France en proie aux conflits religieux, marquée par un raidissement des catholiques face à la montée en puissance du protestantisme, ce type d’ambiguïté n’est plus toléré. Exit le viol, qui est donc remplacé par un chaste baiser. Résultat d’images pour la belle au bois dormant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s