CHRISTINE JANIN – l’Histoire d’une femme exceptionnelle

christine_janin_bapteme_rose_a_chacun_son_everest_andre_eve_truffaut_jardins_jardin_aux_tuileries_patrice20lariven2013

Alpiniste de l’extrême, elle soutient le peuple népalais.

Depuis 1994, cette Française met toute son énergie au service des enfants malades. Aujourd’hui, elle vient en aide aux Népalais victimes, en avril 2015, d’un séisme.

Portrait d’un femme au grand cœur :

Enfant, Christine Janin se rêvait médecin humanitaire, pour voyager et sauver la terre entière. Médecin, elle l’est devenue, mais elle n’a jamais pratiqué. La vie l’a guidée sur un autre chemin . Le 5 octobre 1990, elle est entrée dans la légende en devenant, à 33 ans, la première Française à gravir l’Everest, avec oxygène.

Pendant quinze ans, elle a enchaîné les expéditions et les exploits. Quand elle est redescendue de ses montagnes, elle a transformé ses conquêtes en une oeuvre utile. En 1994, elle a crée l’association « A chacun son Everest »  qui aide les enfants atteints de cancer ou de leucémie à reprendre confiance en eux. Il y  parviennent en participant à des défis sportifs que Christine Janin organise durant les vacances scolaires, dans sa grande maison de Chamonix. Depuis 2011, l’établissement accueille aussi les femmes en rémission d’un cancer du sein.

C’est une vie intense, pleine d’amour, parfois fatigante, mais quel bonheur de rendre les gens heureux !  explique-t-elle.

Le 25 avril 2015, un tragique événement a poussé Christine à se lancer dans une nouvelle aventure humanitaire. Ce jour-là, un séisme de magnitude 7.8 sur l’échelle de Richter a frappé le Népal. Quelques jours plus tard, le 12 mai, une seconde réplique est tout aussi ravageuse. Bilan de la catastrophe : près de 9 000 morts, quelque 20 000 blessés et plus de 500 000 maisons détruites. Christine était en Inde pour ce peuple si généreux.

L’Everest fait partie de mon histoire. Il m’a tout donné, tout offert. Il a changé ma vie. Je ne pouvais pas rester sans rien faire. C’était à mon tour de tendre la main.

Pour récolter des dons et venir en aide aux sinistrés, Christine crée l’association « Bikram Solidarité Népal », du nom de Bikram Singh, un guide népalais de 35 ans qu’elle considère comme son fils adoptif. Christine l’a pris sous son aile après le décès, des suites d’un cancer, de son épouse Française.

Il était seul, désespéré. Je lui ai promis de venir travailler à l’association pour lui donner un but. Un lien très fort s’est crée entre nous.

En décembre 2014, après avoir vécu quatre années en France. Bikram rentre au Népal, car son pays lui manque. Mais une fois encore, le guide voit sa vie s’effondrer.

Trois semaines après le séisme, Christine s’est envolée pour le Népal avec 24 000 euros de dons et deux tonnes et demie de matériel ( tentes, couvertures, chaussures, vêtements..) Depuis Christine retourne là-bas deux fois par an pour suivre les actions qu’elle et Bikram mettent en place et pour recevoir ceux qu’ils ont aidés. A commencer par Sumjio et ses trois petites filles que Christine a connues lors d’un trekking, en décembre 2014. Au moment de la catastrophe, la mère de famille a eu le bassin fracturé. Elle a perdu sa maison et, pire, son mari. Sans revenu et à la rue, elle a été prise en charge par l’association. Aujourd’hui, Sumjio a retrouvé le sourire. Elle remarche, ses filles vont à l’école et la reconstruction de sa maison est bientôt terminée. L’association Bikram Solidarité Népal est aussi venue en aide à une trentaine d’enfants handicapés qui n’avaient plus de toit. Il dorment désormais dans une maison en dur et sur des matelas.

everest

http://www.bikram-solidarite-nepal.org/a-propos/

Christine a encore de beaux projets en tête, comme reconstruire des maisons et des écoles, aider à la scolarisation de jeunes filles par le biais de parrainages, amener l’eau dans les villages….Sur place, elle peut compter sur la générosité et de dévouement de Bikram.

En juillet, elle refera le voyage, les bras chargés de matériels et de donc. le pays se reconstruit lentement.

Il va falloir dix ans pour qu’il se remette debout, confie Christine. Les Népalais ont encore besoin d’aide et, surtout, ils ont besoin de savoir qu’on ne les oublie pas.

Pour Christine, la meilleure façon de le faire, et d’y retourner et de leur donner du travail.

barre-separation

3 choses à savoir sur la reconstruction du Népal

  • Un an après le séisme, la communauté internationale a versé 1.1 milliard de dollars au Népal pour l’aide à la reconstruction du pays, sur les 4.1 milliards promis
  • La plupart des famille sinistrées ont touché moins de 230€ sur les 2 000 € promis
  • Selon la croix-rouge, près de quatre millions de personnes vivent encore dans des abris de fortune, sans sanitaires ni eau potable.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s